fbpx
0

Les origines de Selam ! 

 

 

Selam ÄreshossëLe temps de la poursuite de la ZiD s’arrête un instant. Un court instant. Un instant permettant de revenir sur le passé d’un personnage ayant un rôle important à jouer pour l’avenir de Volarela : Selam Äreshossë. Il nous faut donc revenir quelques années en arrière pour découvrir ce qui l’a amené à devenir l’un des Détectives d’Arcadia. Nous sommes sur le continent de Selat, et plus précisément au Nord-Est, dans la contrée des Pòbarrejiens.

 

  • « Selam, plus vite, nous devons rentrer au village avant la tombée de la nuit ! » cria un homme âgé, barbu et à l’allure carrée.
  • « Oui Amare, j’arrive ! Je suis juste un peu fatiguée de notre escapade d’aujourd’hui. »
    répondit alors Selam, exténuée.
  • « Nous devons rapporter nos relevés scientifiques sur le Vent Divin avant que l’équipe de scientifiques ne parte.»

Alors qu’ils arrivaient aux portes d’un petit ensemble de huttes, un homme en blouse s’approcha
d’eux pour les accueillir.

  • « On nous a vanté les qualités de l’armée pòbarrejienne et de ses soldats, vous avez donc
    intérêt à nous avoir collecté des informations utiles. » dit l’homme, d’un ton sec, en replaçant
    ses lunettes d’un doigt.
  • « Veuillez nous excuser, c’est que le Vent Divin est un phénomène difficilement analysable »
    répondit alors Amare.
  •  « Monsieur, je paye deux soldats d’élite pour me garantir une avancée dans mes recherches, je ne peux pas me permettre de vous payer pour que vous preniez votre temps. » répondit, toujours aussi désagréablement le scientifique. Il continue, « Comprenez bien que ces recherches pourraient permettre à de nombreux pays de maîtriser l’énergie des vents qui
    parcourent notre monde ! Cela serait prodigieux ! ».
  • « Nous y retournerons demain dès l’aube, une fois les dangers de la nuit disparus ».
  •  « Visez juste, le phénomène du Vent Divin ne sera plus présent en ces lieux d’ici quelques
    heures ».

Selam et Amare se dirigèrent alors en direction de leurs huttes afin de se reposer et de se préparer
à cette ultime expédition. Le lendemain matin, Amare, stressé, réveilla Selam.

  • « Soldat Selam, je te demande d’être prête dans cinq minutes. Nous prendrons un navire
    volant pour entrer au cœur du phénomène. »
  • « Pardon ? C’est beaucoup trop dangereux, nous risquons de détruire le navire ! »
  • « Nous n’avons pas vraiment le choix. Notre paye ne nous sera remise qu’après avoir ramené
    suffisamment de données d’ici ce soir ».
  •  « Très bien… »

 

 

Les deux soldats partirent alors au port de la base et commandèrent le petit navire gachon en direction du rouleau de vent. Plus ils s’approchaient de leur destination, plus les bourrasques s’intensifiaient au point qu’ils ne parvenaient presque plus à s’entendre.

  • « Dès que nous serons arrivés, tu devras t’attacher au câble du navire et plonger au cœur du phénomène ! » hurla Amare.
  • « Tu es fou ! Il risque de ne pas supporter la puissance du vent ! Je vais tomber dans l’Océan Infini ! » s’époumona alors Selam, craignant pour sa vie.
  • « Fais-moi confiance ! Je prendrai ce drifter miniature pour te récupérer si besoin ! » cria-t-il de toutes ses forces en montrant du doigt une sorte de scooter volant.

Les deux arrivèrent alors à l’endroit décrit par les scientifiques. Selam s’attacha à un câble en métal très épais et plongea dans les nuages. Quelques minutes plus tard, Amare entendit le câble se rompre et se rembobiner, sans que Selam ne se trouve au bout. Il courut alors jusqu’au drifter et fonça à toute allure dans la tempête. Pendant ce temps, Selam, inconsciente, était en chute libre. La distance qui la séparait de l’océan mortel diminuait à vu d’œil. Elle se réveilla juste avant de tomber et vit une créature immense, semblable à un gigantesque crocodile, sortir de l’eau pour l’avaler. Alors qu’elle s’apprêtait à tomber dans la mâchoire de la créature, Selam sentit son corps remonter doucement vers le ciel. Mais il était trop tard. La créature, sous un vacarme assourdissant, referma sa gueule et prit une jambe de la jeune
soldate, à peine consciente. Elle se réveilla, longtemps après, dans son lit de camp. Amare et le scientifique en chef se trouvaient en face d’elle. Selam leur demanda alors ce qui s’était passé.

  • « Eh bien… Après que vous ayez pénétrée dans la tempête du Vent Divin, votre câble de plongée s’est cassé et vous avez chuté de plusieurs kilomètres en direction de l’Océan Infini… Mais l’agent Shëcouvër vous a sauvé in extremis… » expliqua, honteux et désolé, le scientifique.
  • « In extremis ? Vous rigolez j’espère ? », il se tourna vers Selam : « Selam, écoute… je suis désolé… Tu… Tu as perdu ta jambe au moment où je t’ai rattrapé… Nous… Avons dû te greffer une jambe en métal… Tu ne pourras plus servir dans l’armée à présent… ».

Selam resta alors sans mot.

FIN DE LA PARTIE 1

 

N’hésite pas à faire un tour sur nos réseaux sociaux !

Les Chroniques de Volarela est une aventure pédagogique pour les 8-12 ans qui allie résolution d’enquêtes virtuelles et manipulation d’objets physiques. De quoi faire travailler les méninges de votre enfant en renouant dans la lignée des jeux pédagogiques de votre enfance !

Je découvre le concept

Laisser un commentaire