fbpx
0

Bastian Baticor – Partie 1 : une affaire rondement menée

By 12 août 2020Non classé

Bastian Baticor
Partie 1 : une affaire rondement menée

 

Il est venu le temps de s’attarder sur un autre personnage, un allié de grande importance pour chaque Détective, mais aussi l’un des individus les plus influents de la Crosada : le Commissaire Bastian Baticòr.
Aujourd’hui, nous allons tenter de parcourir ses débuts de carrière alors qu’il venait fraîchement d’être recruté par l’OSC en tant qu’espion pour la DiZ. Pour cela, revenons 35 ans en arrière… 

 

 

Une porte s’ouvre, permettant de découvrir une salle cachée au fond d’un couloir du Commissariat d’Arcadia. Un jeune homme avance, stressé, vers ce qui semble être une salle d’interrogatoire. Devant lui se trouve une table en bois plutôt simple, uniquement éclairé par une petite ampoule. Le reste de la pièce est plongé dans l’obscurité la plus totale. 

  • Asseyez-vous, je vous prie. Monsieur Baticòr, c’est bien ça ?  
  • Euh… c’est exact. 
  • Ne vous mettez pas une telle pression, il s’agit d’un simple entretien de motivation. 

Le jeune homme pose alors ses deux mains tremblantes, tire la chaise et s’assoit discrètement sur le siège en bois.  

  • Pouvez-vous m’expliquer la raison de votre candidature à l’Organisation des Secrets Célestes de la Crosada ?  
  • Eh bien… Il y a quelque temps, mon escouade de Gardiens de la Paix a dû faire face à une tentative d’attaque sur l’île de Negocios par un groupe d’inconnus armés. Nous avons tout de même su les arrêter, mais intégrer l’OSC pourrait me permettre de stopper ces organisations néfastes bien avant qu’elles réalisent leurs méfaits.  
  • C’est une motivation plutôt honorable. Vos excellents résultats obtenus lors de vos tests d’admissions s’expliquent donc bien mieux.  
  • Je vous remercie. 
  • Ce n’était pas un compliment, juste un état de fait. 

Soudainement, une silhouette se détache de la masse sombre de la pièce, dévoilant une Ailée, aux traits durs et sévères, mais du même âge que Bastian. Elle reste debout, les mains appuyées sur la table, tentant d’impressionner le jeune homme par sa posture.  

  • Pensez-vous être à la hauteur, monsieur Baticòr ?  
  • Je… pense pouvoir atteindre l’excellence de l’OSC. 
  • Vous pensez ?  
  • Non, je vous l’assure. 
  • Très bien. Nous vous contacterons plus tard pour vous faire part de votre admission, ou non, au service d’espionnage de l’Assemblée des Zones. Vous pouvez disposer. 

Quelques mois passent, Bastian Baticòr après quelques enquêtes rondement menées, est rapidement promu responsable du Bureau de Renseignement d’Arcadia. Alors qu’il classe un énième dossier dans son étagère, un officier arrive en trombe. 

  • Monsieur ! Vous venez de recevoir un message urgent de la Directrice Sion-Dumal ! 
  • Que se passe-t-il ?  
  • Je vous laisse lire par vous-même. 

Bastian prend alors la missive des mains de son subordonné. Ouvre la lettre et commence à la lire. La Directrice de l’OSC aurait reçu un rapport du service d’espionnage du Granconcan, expliquant que des activistes Buadans ont quitté leur continent, car ils compteraient attaquer l’Assemblée des Zones pour obtenir une reconnaissance internationale. La lettre demande donc à Bastian d’interpeller ces individus avant qu’ils ne mettent en danger le centre d’Arcadia. Il décide alors d’appeler le responsable de la Douane Est. 

  • Bonjour, ici monsieur Baticòr. 
  • Bonjour ! Que nous vaut le plaisir ?  
  • Auriez-vous enregistré l’arrivée de Buadans récemment ?  
  • Mmmh… Laissez-moi vérifier cela… Non, le dernier individu buadan enregistré est passé il y a plus désormais plus d’un an. C’est qu’ils ne viennent pas souvent sur la Crosada ! 
  • Ils auraient dû arriver il y a peu de temps pourtant… 
  • Attendez ! Ça n’est sûrement rien, mais on ne sait jamais. Un navire de marchandises provenant du Granconcan est arrivé ce matin. Il contenait beaucoup d’ouvriers du continent. Peut-être que les hommes que vous cherchez se trouvaient parmi eux ? 
  • Vous avez raison. Quelle était leur destination ? 
  • Mmmh… Visiblement, le navire doit arriver d’ici une heure au Port Impérial.  

Bastian se révèle brusquement de son bureau, enfile sa veste est part en direction du Port du Quartier Sud-Ouest. Sur place, il repère directement le navire en question, arborant le symbole du Granconcan. Les ouvriers descendent un à un du navire, portant tous des caisses qu’ils acheminent jusqu’à un entrepôt se trouvant à proximité. Ce qui attire l’attention de Bastian est le fait qu’ils ne ressortent pas du bâtiment.  

Longeant les murs et les caisses sur son chemin pour ne pas se faire repérer, l’espion arrive à l’arrière du bâtiment. Il repère rapidement une échelle menant directement sur le toit. Il peut y voir l’installation des caisses, quelques individus et une immense cuve d’eau attachée au plafond par des chaînes. Une fois arrivé au sommet du local, des voix se font entendre. 

  • T’en es où avec les explosifs ? Faut qu’on agisse vite avant que la DiZ ne nous repère. Si c’est le cas on est foutu ! 
  • T’en fais pas pour ça, t’as croisé un Détective depuis notre départ du Granconcan ?  
  • Non, mais le Douanier nous a peut-être repérés et dénoncés aux flics. 
  • Tu te prends trop la tête vraiment. Sinon, pour les explosifs, tout est prêt.  
  • Bien, prépare-toi, on ne doit pas voir nos visages.  

Les Buadans partent alors en direction d’un petit vestiaire au fond de la zone. Bastian en profite pour entrer, puis se cacher derrière les caisses d’explosifs, tandis que deux Buadans arrivent faire leur ronde.  

  • T’approches pas trop ! Elle est hyper réactive cette poudre ! 
  • Ah ouais ? Mais on risque pas de faire trop de dégâts dans ce cas ? J’ai pas vraiment envie de faire de blessés… 
  • Pff arrête, si ça la situation nous échappe, on aura qu’à jeter de l’eau sur la poudre, ça la rendra inutilisable. 

L’espion met alors fin à l’enregistrement, l’envoie au Commissariat puis sort un revolver de sa poche intérieure et tire sur l’une des chaînes maintenant la cuve d’eau. Le bâtiment se retrouve alors presque inondé, et les caisses sont alors trempées.  

  • Qu’est-ce qu’il se passe ici ? Vous n’étiez pas censé faire une ronde ? Attendez… c’est qui lui ?  
  • Bastian Baticòr, pour vous servir messieurs.  
  • Nos explosifs ! Il les a détruits !  
  • Si j’étais à votre place, j’éviterais de m’énerver. Lorsque la DiZ va venir vous arrêter, il vaudrait mieux que vous ne soyez pas trop énervés ! 

Plusieurs agents de la DiZ arrivent alors et arrêtent le moindre individu se trouvant dans l’entrepôt. Le Commissaire Divisionnaire vient alors à la rencontre du jeune espion. 

  • Je vous félicite, c’est du très bon travail ! Vous ferez un excellent membre de la DiZ !  

  

C’est ainsi que s’est déroulée la première affaire importante de Bastian Baticòr en tant qu’espion sur l’île d’Arcadia. Ce premier événement lui a permis de se faire respecter par l’ensemble de la DiZ, mais aussi par la directrice Decima Sion-Dumal. Mais ceci n’est que le début d’une grande carrière qui a marqué l’histoire de la Crosada toute entière…

Laisser un commentaire