fbpx
0

Partie 2 – Bastian Baticor et la relique volée

By 26 août 2020Univers

Partie 2
Bastian Baticor et la relique volée

 

Alors que l’agent Baticòr vient de déjouer une attaque terroriste contre l’Assemblée des Zone, une affaire des plus délicates, ce dernier est à nouveau convoqué par la directrice du bureau d’espionnage Decima Sion-Dumal.
Avec cette nouvelle partie de l’histoire, nous allons découvrir comment les secrets d’Arcadia ont commencé à ressurgir du passé…

 

Bastian se trouvait à l’accueil de l’agence. Venant de recevoir la lettre de sa supérieure, il finit sa tasse de thé avant de sortir dans le hall du bâtiment. Il emprunta tranquillement les grands escaliers menant au premier étage. L’officier traversa un long couloir décoré de nombreux tableaux de paysages volaréliens qui l’amena finalement au bureau de la directrice. Arrivé devant la porte, Bastian frappa trois coups.

– Entrez !
– Bonjour Madame. Vous m’aviez demandé ?
– En effet, j’ai une nouvelle mission à vous confier. Celle-ci sera moins dangereuse que les précédentes. Voyez-la comme une récompense pour tous vos efforts.
Malgré sa naturelle sévérité, la directrice paraissait plutôt reconnaissante envers Bastian, ce qui ne manqua pas de le surprendre.
– Vous trouvez ? Je ne pensais pas…
– Vous discuteriez un ordre ? Si le cœur vous en dit, vous devrez assurer la protection d’une équipe d’archéologue dans notre beau Parc de l’Unité.
– Le Parc de l’Unité ? Que feraient ces gens là-bas ?
– Il semblerait que l’Assembleur y ait installé un de ses laboratoires lorsqu’il était encore vivant. Mais ce dernier aurait été enseveli sous le Parc de l’Unité à sa mort. Les archéologues ont débuté les fouilles dans l’objectif de trouver de nouveaux éléments sur le passé de notre monde.
– Vous pouvez donc compter sur moi. Je suis plutôt intrigué par ce projet.

Il descendit à toute vitesse les escaliers du hall et sauta directement dans sa voiture pour arriver au plus vite sur place. À peine arrivé, Bastian se fit accoster par un petit homme rondouillard à l’air sympathique. Il portait de grosses lunettes rondes et une moustache fournie.

– Je regrette, mais vous ne pouvez pas visiter le Parc en ce moment, monsieur, dit-il d’un air plutôt sympathique.
– Les fouilles avancent-elles bien ? Agent Baticòr, l’OSC m’a envoyé pour assurer votre sécurité.

Bastien tendit alors sa main pour saluer l’archéologue, qui s’empressa de faire de même.

– Assistant-archéologue Xemu Dûjenu ! Ravi de faire votre connaissance, Madame Sion-Dumal nous a dit beaucoup de bien de vous ! Suivez-moi, je vais vous présenter toute l’équipe.

Ils partirent alors tous les deux vers un endroit écarté du reste du Parc, derrière de grands buissons, à l’abri des regards. Au fur et à mesure qu’ils se rapprochaient du site de fouille, de majestueuses colonnes apparaissaient ici et là, rappelant qu’il devait se trouver un laboratoire antique il y a de cela plusieurs siècles.

– Je vous présente mon amie Nelia Lontan, une formidable archéologue avec qui j’ai eu la chance de faire mes études !
– Bonjour monsieur, dit-elle en rougissant des mots de Xemu.
– Voici le responsable du projet de fouilles, monsieur Xerxès Mönpuvoar

Il ne répondit pas, retournant à peine sa tête pour le saluer du regard. Pour terminer les présentations, Xemu se tourna vers une femme.

– Enfin, notre mentor à Nelia et moi : Indira Kasirrïin.
– Bonjour, ravie de faire votre connaissance, répondit avec un grand sourire la chercheuse. Bastian fut alors interpellé froidement par Xerxès. Ce dernier lui faisant de grands signes. L’agent partit dans sa direction, avec une certaine crainte.
– Je souhaitais nous accorder sur le fonctionnement de votre mission parmi nous.
– Je vous écoute.
– Pour être tout à fait franc avec vous, je ne suis pas particulièrement ravi d’avoir les services d’espionnage d’Arcadia à nos côtés. Ne vous attendez donc pas une quelconque sympathie de ma part. Je vous ferai déposer votre équipement que vous installerez là-bas.

Le chef du projet désigna une petite montée de terre surplombant le site de fouilles. Elle était un peu plus à l’écart que le reste du campement des archéologues, ce qui renforça la colère que ressentait Bastian contre Xerxès.

– Vous pourrez nous observer tout en évitant de traîner dans nos pattes. D’ailleurs… l’OSC vous a-t-elle expliqué les raisons de votre venue ?
– Je ne sais seulement que je ne dois laisser entrer personne dans le Parc, le temps que vous ayez terminé vos recherches.
– Eh bien, il y a de cela quelques jours, nous avons reçu une lettre de menace de la part d’un groupe d’illuminés. Ils disaient détruire le lieu de nos fouilles si nous poursuivions ces recherches. Bien sûr, nous avons signalé cette lettre à la DiZ sans pour autant la prendre au sérieux, mais votre supérieure semblait un peu plus préoccupée par celle-ci. La voilà, la raison de votre présence parmi nous.
– Je… ferai attention. Bastian repartit alors vers une table qui se trouvait à proximité et s’assit sur le bord de cette dernière. Indira s’approcha alors de lui. Elle posa amicalement sa main sur l’épaule de l’espion. – Il est toujours très froid, ne le prenait pas personnellement. Et… disons qu’il a un lourd vécu avec l’OSC.

– Que s’est-il passé ?
– Comment dire… Votre organisation… lui a confisqué ses recherches lorsqu’il était encore étudiant. La direction de l’époque voyait d’un mauvais œil le fait que l’on en apprenne sur le passé d’Arcadia et sur l’Asembleur.
– Je ne sais pas trop comment calmer la situation, il n’a pas l’air ouvert à la discussion.
– Laissez faire le temps, vous verrez qu’il se calmera dès qu’il vous connaîtra un peu plus. Elle partit alors, retournant à ses activités, laissant l’espion dans ses pensées. Bastian passa plusieurs jours à surveiller le campement sans que le moindre événement vienne troubler le travail des archéologues. Mais, un événement finit pas briser ce calme quotidien. Alors qu’il lisait un livre et surveillait le site de fouilles depuis sa butte, Bastian entendit un cri provenir du groupe de chercheurs. Il s’agissait de Xemu.
– Ça y est ! Je l’ai trouvé ! Il était là, sous ce mur effondré !

Bastian accourut, pensant alors à un accident grave. Il fut alors étonné de voir l’Assistant-Archéologue avec entre les mains, une tête en métal plutôt étrange. Xerxès intervint alors, paniqué lorsqu’il vit Xemu déclencher un mécanisme, les yeux de l’objet s’illuminant d’un coup. – Non ne fais pas ça ! C’est une relique de l’Assembleur, nous ne savons pas encore ce qu’elle peut faire ! Mais il était un trop tard, les yeux du masque s’illuminèrent jusqu’à ce que le responsable du projet n’intervienne.

– Donne-moi ça ! Nous devons l’entreposer à l’abri… Indira, aide-moi à le ranger dans la tente.
– Eh bien… Il ne s’est rien passé de particulier ! Je suis toujours envie non ? dit-il d’un air moqueur à Xerxès. Nelia accourut jusqu’à Xemu.
– Vous n’avez rien, Xemu ? – Ne t’en fais pas Nelia, je l’ai dit, je n’ai rien ressenti !

Le reste de la journée fut aussi calme que le reste du temps. La nuit tombée, Bastian commença ses rondes dans le site de fouille, profitant de l’ambiance paisible du Parc. Quand soudain, un léger bruit métallique se fit entendre depuis la tente principale du camp. Bastian s’approcha lentement et discrètement de la source de bruit pour découvrir Indira, tenant alors la tête entre ses mains. Des images défilaient contre la toile en face d’elle. Bastian vit une réplique plus ou moins similaire à la Crosadienne, puis les îles de la Crosada se rassembler en un continent et enfin, l’Assembleur en personne parler, mais il n’entendit rien. Indira se leva alors, toujours avec la tête éteinte entre les mains, et partit vers la sortie du Parc de l’Unité. Bastian la suivit alors, en gardant toujours une bonne distance. Une fois en-dehors de la zone des fouilles, Bastian interpella la chercheuse.

– Indira ! Que faites-vous avec cette relique ?
– Je… comptais l’amener en lieu sûr. Voyons monsieur Baticòr, qu’imaginez-vous ?
– Seriez-vous… une membre de cette organisation… la ZiD ?
– Vous… Vous ne m’aurez pas, Bastian ! Elle prit alors ses jambes à son coup, Bastian n’ayant pas eu le temps de réagir suffisamment vite pour la rattraper. Cependant, un détail lui sauta aux yeux, un tatouage représentant ce qui semblait être un archer.

Longtemps après, Bastian se demanda qui était réellement Indira Kasirïin.

 

Pour en découvrir plus sur notre univers, rendez-vous sur www.volarela.com
Pour connaitre la suite de l’histoire, rendez-vous mercredi prochain !

Laisser un commentaire