fbpx
0

Chapitre 2 – Un spectacle incroyable

By 23 septembre 2020Atelier

Chapitre 2

Un spectacle incroyable

Titelle pencha la tête, essayant de comprendre ce qu’il se passait. Où était son île ? Sur quoi le phare reposait-il ?! Elle descendit à toute allure vers l’entrée de sa tour. Lorsqu’elle ouvrit la porte, le vent s’engouffra à l’intérieur. La gardienne faillit perdre l’équilibre. Elle se ressaisit, sortit la tête, s’accrochant fermement au cadre de la porte. Elle n’en croyait pas ses yeux. Le phare flottait dans le ciel comme un nuage. Et il n’y avait rien en dessous, seulement des cumulonimbus et les étoiles éparpillés dans l’immensité de ce ciel bleu nuit. Au loin, le jour se levait. Titelle, les yeux écarquillés, sentit une boule se former dans son ventre : la peur commença à l’envahir.

Soudain, alors que la nuit faisait place à la lumière, tout se remit à s’assombrir. Titelle leva les yeux et vit une gigantesque maison traverser le ciel et cacher le soleil. Des visages joyeux l’observaient des fenêtres tout en lui faisant signe. La Gardienne, ébahie par la scène, resta bouche bée. Elle referma la porte et se dépêcha de retourner tout là-haut sur son balcon.

Une maison volante… Elle n’en revenait pas. La jeune femme scruta l’engin pour essayer de comprendre comment cela était possible, mais elle n’aperçut ni hélice, ni aile, ni voile, ni quoique ce soit d’autre. En tendant l’oreille, elle n’entendit aucun bruit de moteur… Comment était-ce…   Sa réflexion fut interrompue par le cacardement d’une nuée d’oies sauvages. Les oiseaux poursuivaient joyeusement la maison. La spectatrice saisit ses jumelles et aperçut, en observant de plus près, à l’arrière du bâtiment, une petite main qui jetait de la nourriture par la fenêtre. Les oies s’en donnèrent à cœur joie !

Amusée par la scène, Titelle se retourna et vit alors que son phare et la grande maison n’étaient pas les seuls bâtiments volants. Elle contemplait cet incroyable spectacle : des bateaux, d’autres maisons qui par dizaines, obscurcissaient le lever de soleil. Elle aperçut même au loin, un troupeau de vaches qui traversaient les nuages. Elles les entendaient meugler au rythme de la musique, qu’un musicien, assis non loin, sur un tapis volant, jouait.

Puis son regard fut attiré par un jeune homme vêtu d’une chemise bleue. Cheveux au vent, il pédalait à toute allure en direction de la gardienne. Son visage lui semblait familier. Il avait l’air vraiment pressé. Tout à coup, le phare traversa à nouveau un gros nuage. Elle ne vit plus rien. Elle cherchait dans l’épaisseur blanche, un nouveau champ de vision. Vite, vite qu’il passe ce nuage ! Titelle voulait continuer d’admirer cette incroyable chorégraphie céleste. Quand la vue fut enfin dégagée, le cycliste avait disparu. Quelques secondes plus tard, il bondit devant elle : « Ah et bien, Titelle, vous voilà ! Vous êtes en retard ! »

 

L’histoire t’a plu ? Rendez-vous la semaine prochaine pour découvrir la suite ! 🙂

Laisser un commentaire